Literatura y Cómic  
Livre & Bande-Dessinée

34es Assises de la traduction littéraire à Arles

Date:
novembre 10 - novembre 12
Lieu:
Chapelle du Méjan
Adresse:
Place Nina Berberova
Ville:
Arles
Description: 

Depuis plus de trente ans, ATLAS organise à Arles les Assises de la traduction littéraire qui réunissent des passionnés de littératures étrangères – traducteurs, auteurs et lecteurs – pour trois jours de débats autour d’un thème. La 34e édition, qui se déroulera du vendredi 10 au dimanche 12 novembre 2017, s’intitulent « Infidélités ».

 

De toutes les vertus dont on voudrait parer une traduction, la fidélité est la plus populaire. Mais cette “fidélité” dont on vante un peu partout les mérites traîne dans son sillage un chapelet d’idées préconçues et n’a de sens que si l’on précise à quoi on est fidèle : à l’auteur, à la langue, à soi-même… À tout ? C’est souvent impossible : traduire, c’est choisir. 

Entre histoires littéraires, politiques ou religieuses, sans oublier, bien sûr, les histoires d’amour, les 34es Assises de la traduction littéraire s’attacheront, du 10 au 12 novembre, à remettre en perspective et même à promouvoir les bienfaits ignorés de nos Infidélités.

Cette année, cinquante intervenants — traducteurs, auteurs, éditeurs, penseurs — animent des conférences, des tables rondes, des lectures et des ateliers de traduction ou d’écriture.

 

Dans le cadre de la table-ronde « Colombie : mémoires infidèles »

Dimanche 12 novembre 2017 – 14h à la Chapelle du Méjan

Modération : Pascal Jourdana

 

OCTAVIO ESCOBAR GIRALDO

Octavio Escobar Giraldo, né en 1962 à Manizales (Colombie), médecin de formation, est professeur de littérature à l’université de Caldas. Il a publié une dizaine de nouvelles et de romans. Pour Après et Avant Dieu, il a reçu le Prix national du roman 2016 décerné par le ministère de la Culture colombien et le prix international de nouvelles de la ville de Barbastros (Espagne) 2014.

 

ANNE PROENZA

Anne Proenza est à la fois journaliste et traductrice et fait des allers-retours entre l’Europe et la Colombie depuis plus de vingt ans. Longtemps responsable des pages Amérique Latine de l’hebdomadaire Courrier International et collaboratrice de nombreux journaux (Le Monde, Libération, Le Soir, Le Temps), elle a notamment traduit Angosta du Colombien Hector Abad Faciolince (Lattes, 2010) et Femmes en Costume de Bataille du Cubain Antonio Benítez Rojo(le Cherche-Midi, 2005). Elle est aussi coauteur de Les Évadés de Santiago (Le Seuil 2010).

 

WILLIAM OSPINA

Né en 1954 à Padúa, Herveo-Tolima (Colombie). Après des études de droit et de sciences politiques à l’université Santiago de Cali, William Ospina se consacre à l’écriture à travers le journalisme et la littérature. Entre 1979 à 1981, il voyage dans plusieurs pays d’Europe (Allemagne, Belgique, Italie, Grèce, Espagne) avant de s’installer définitivement à Bogota. Il a collaboré au journal El Espectador, co-fondé le magazine littéraire Número et tenu une chronique hebdomadaire dans le magazine Cromos.

Considéré comme l’un des plus grands poètes et essayistes des dernières générations, ses textes évoquent ses amours littéraires et s’accompagnent souvent de déclarations idéologiques sur l’histoire et le monde moderne. En 2005, son premier roman, Ursúa (La Otra Orilla), est salué par Gabriel García Márquez et rencontre un immense succès en Amérique latine. Il est traduit en français par Claude Bleton en 2007 aux éditions J-C. Lattès. En 2009, son roman El país de la canela (La otra orilla, 2008) remporte le prix Rómulo Gallegos, il paraît en France l’année suivant traduit par Claude Bleton sous le titre Le Pays de la cannelle (J-C. Lattès). En 2012 paraît La Serpiente sin ojos aux éditions La Otra orilla.

 

CLAUDE BLETON

Né en 1942 à Paris, Claude Bleton enseigne l’espagnol en collège et lycée de 1970 à 1990 avant de se décider à quitter l’école. Il traduit alors frénétiquement en même temps qu’il crée la collection “Lettres hispaniques” pour les éditions Actes Sud. Une aventure qui dure dix ans avant de prendre la direction du Collège International des Traducteurs Littéraires d’Arles de 1998 à 2005. Il a traduit environ deux cents ouvrages, dont ceux d’Héctor Abad Faciolince (Colombie), Víctor del Árbol, Fernando Clemot, Santiago Gamboa (Colombie), Juan Goytisolo, Carmen Martín Gaite, Augustín Martínez, Antonio Muñoz Molina, William Ospina (Colombie), Arturo Pérez-Reverte, Néstor Ponce, Juan José Saer (Argentine), Paco Ignacio Taibo II (Mexique), Zoé Valdés (Cuba), Manuel Vázquez Montalbán ou encore Juan Pablo Villalobos (Mexique). Il est également l’auteur d’une dizaine de livres, parmi lesquels : Les Nègres du traducteur, roman (éditions Métailié, 2004), Vous toucher, récit (éditions Le Bec en l’air, 2007) et Broussaille, récit (Éditions du Rocher, 2008).

 

Lire  toutes les bio-bibliographies des intervenants des 34es Assises en ligne

PROGRAMME

Patrocinadores